LE JEONTUDO®

LA VOIE DES COMBATS

Le Jeontudo®, c’est littéralement la Voie des Combats. Bien sûr, s’agissant d’une école de self-défense, il comprend le combat contre toutes les agressions contre soi par de tierces personnes. Mais tout comme la sagesse populaire le dit, « c’est la vie qui est un combat de tous les jours » ; dès lors, la notion de "combats" s’en trouve élargie à tous les domaines de la vie quotidienne, et notamment les combats contre soi-même.

Le Jeontudo® s’intéresse aussi à la partie temporelle des combats. Il distingue ainsi trois phases distinctes :

  1. avant le combat : préparation continue, prévention, vigilance, analyse de situation, …
  2. pendant  le combat : distance et angles, gestion des armes, gestion des groupes, …
  3. après le combat : gestion de fin de conflit, retour au calme mental, premiers secours, relation à la Loi et aux autorités, …

Dès lors, la pédagogie du Jeontudo® s’articule dès lors autour de trois axes distincts, mais qui forment un tout cohérent :

  1. le développement personnel : énergétique, gestion du stress, méditation, …
  2. la technique : programme basé sur le Hapgi-Yugweonsul et le Geunjeop Bangeosul
  3. la gestion de son environnement : stratégie, geste de premier secours, assimilation de la législation, …

Qu’est-ce que le Jeontudo® ?

Encore une nouvelle méthode de Self-defense ?
Il n’est que légitime de se poser ces questions lorsque l’on voit apparaître un nouveau nom.

Il est tout d’abord nécessaire de préciser que notre École n’apporte rien de nouveau, aucune nouvelle technique, rien qui n’existe déjà par ailleurs. Il ne s’agit, ni plus, ni moins que d’une synthèse personnelle née d’un constat.

En effet, dans le milieu des arts martiaux et sports de combat, de nos jours s’opposent traditionalistes et modernes, réalistes et spirituels, partisans d’une pratique de santé et sportifs full-contact. Nous souhaiterions nous élever au-dessus de ces débats et revenir à la base de ce que devrait être, à notre sens, une école de combat dans notre monde moderne.

Les arts martiaux avaient, en d’autres temps, une vocation guerrière exclusive. Il faut attendre plusieurs siècles pour qu’il s’y greffe une valeur spirituelle, en dehors des temples, s’entend, et encore quelques dizaines d’années pour une valeur sportive. Cela a coïncidé avec l’arrivée des armes à feu qui ont relégué les techniques à mains nues et avec armes blanches à des techniques de développement personnel. Ainsi, en moins d’un siècle, des techniques de mort se sont-elles muées en sports, en techniques de défense personnelle, en méthodes spirituelles, en méthodes de santé, soit tout sauf en techniques guerrières.
Quoi que soient devenues les anciennes écoles de combat, leurs techniques et leur arsenal semblent ne pas avoir évoluées depuis la fin du 19ème siècle. Sous couvert de tradition, le temps des arts martiaux semble s’être figé.

Notre école est fondée sur des convictions profondes et nous voulons revenir à plus de pragmatisme et de modernité.

Que peut être une méthode de combat moderne ?

Pour pouvoir s’affubler de l’adjectif « moderne », encore faut-il vivre avec son temps. Selon nous, vivre avec son temps, cela consiste à adapter une base et des moyens à notre disposition en fonction des besoins actuels.

Concernant la base, toute ancienne école de combat fait l’affaire moyennant une adaptation de ses techniques à l’actualité, un effort rarement effectué par les écoles qui se réclament d’une tradition. Une clé d’articulation reste une clé d’articulation parce que le corps humain n’a guère changé en quelques siècles, mais les techniques d’attaque de notre adversaire ont évoluées, et de cela il faut tenir compte.

Pour ce qui est des moyens, devrions-nous par exemple continuer à écrire avec une plume et un encrier sous prétexte que nos parents et grands-parents les utilisaient alors que l’on a inventé le stylo qui, bien que moins esthétique et poétique, est plus efficace et plus rapide ? Plus précisément, une école moderne doit-elle enseigner le sabre ? Vraisemblablement pas car les opportunités d’être attaqué par ou de se défendre avec ce genre d’arme sont de nos jours extrêmement rares. A l’inverse, être attaqué par ou se défendre avec une arme à feu se produira plus probablement. Aussi l’enseignement des armes à feu ne devrait-il pas faire partie d’un enseignement moderne ? Notre réponse est sans hésitation : oui !

Nous ne rejetons pas pour autant les autres méthodes car elles répondent à un besoin, légitime, de leurs pratiquants. Certains compétiteurs qui n’ont que faire de l’autodéfense et qui n’ont besoin que de se défouler ou de s’affirmer ne seront pas intéressés par notre démarche. Un sabreur pratiquera moins dans un souci de réalisme que dans une vision de développement personnel, et cela nous le respectons.

Quel est notre but ?

Le maître-mot de notre école est l’efficacité. Nous ne souhaitons pas mentir en prétendant rendre tout un chacun invincible, mais, nous donnons une sélection de concepts, de techniques, d’exercices, etc., qui donnent à nos étudiants le maximum de chances de survie lors d'une confrontation.

Quels sont les spécificités du Jeontudo® ?

Chaque étape de notre programme s’articule autour de trois parties récurrentes :

  1. la tactique et la stratégie
  2. le combat au corps à corps
  3. le combat avec armes

Dans un combat, ces trois éléments sont indispensables et indissociables.

Nous avons souhaité combiner les avantages de ces trois visions du combat dont la complémentarité démultiplie l’efficacité en combat.
Cependant, résumer le Jeontudo® en ces trois domaines est un peu réducteur. En effet, le pragmatisme dont nous nous réclamons nous pousse à développer plus loin nos théories du combat.